Cambodge 

soutien enfants bidonvilles

Accompagnement social de familles Protection des femmes et des enfants contre les violences   2018-2020 (phase 1) ; 2021- 2024 (phase 2)

Soutien des familles et enfants dans les bidonvilles de Phnom Penh (HaLI)

En 20 ans, la population de Phnom Penh, la capitale du Cambodge, a triplé. La ville peine à absorber l’arrivée de ces nouveaux habitants. On y recense aujourd’hui près de 300 communautés précaires ou bidonvilles, où vivent des enfants et des familles dans une grande pauvreté.

Partagez ce projet :

Nous soutenir :

Le contexte

A leur arrivée au pouvoir en 1975, les Khmers rouges instaurent une dictature. Ils font évacuer la ville de Phnom Penh en trois jours et détruisent les titres de propriété. A leur chute en 1979, les survivants regagnent la capitale et sans titre de propriété, s’installent sur des terrains publics à proximité de rivières, canaux et lacs.
De nombreux quartiers précaires et bidonvilles se forment ainsi depuis les années 1980, alimentés ensuite par un exode rural constant. Les conséquences du changement climatique (sécheresse ou inondations à répétition) et la dureté des travaux agricoles poussent les habitants des campagnes à tenter leur chance en ville.

Depuis les années 2000, les investissements étrangers de promoteurs et les grands projets de développement urbain se multiplient.
Le contraste entre les nouveaux immeubles qui dominent la capitale et les bidonvilles qui se trouvent à quelques pas des nouveaux quartiers est saisissant.

Si certains habitants sont parvenus à recevoir de l’Etat des titres leur permettant de rester, beaucoup de familles risquent encore d’être expulsées, la plupart du temps sans contreparties ni solutions de relogement.

Aujourd’hui, on estime que 25% des habitants de Phnom Penh vivent dans des zones d’habitat précaire. Ces familles et ces enfants affrontent de nombreux défis au quotidien :

  • risque permanent d’expulsion
  • logements dangereux et régulièrement inondés en saisons des pluies
  • accès limité à une eau potable et des systèmes d’assainissement
  • absence de gestion des déchets
  • taux de chômage élevé

> Autant de difficultés qui occasionnent des problèmes de santé, financiers et sociaux : maladies liées à l’eau, addiction à l’alcool, aux drogues et aux jeux d’argent, violences domestiques.

Comment est utilisé votre don ?

Pour 100€ collectés par Planète Enfants & Développement, 84.4€ sont consacrés à notre mission sociale.

Nos projets sont évalués par des cabinets indépendants. Et nos comptes sont audités et certifiés chaque année par le cabinet KPMG.

famille vit dans un bidonville à Phnom Penh

%

des 373 familles que nous avons interrogées ont perdu leurs revenus à cause du Covid-19

%

de ces familles manquent d’argent pour se nourrir

Le projet

Planète Enfants & Développement et son partenaire cambodgien SKO mettent en œuvre un programme ambitieux d’amélioration des conditions de vie et d’habitat dans ces quartiers précaires depuis 2018.
Avec la 2e phase du programme démarrée en juillet 2021, nous intervenons dans 8 quartiers en banlieue de Phnom Penh.

L’accompagnement psycho-social des familles

Les familles les plus en difficulté sont identifiées par les travailleurs sociaux  et accompagnées durant 6 à 12 mois vers la résolution progressive et autonome de leurs problèmes. Depuis le début de la seconde phase, 200 nouvelles familles ont été identifiées et accompagnées. (40% en sont ressorties avec des améliorations notables).

Les cas de violence domestique sont pris en charge spécifiquement. Une permanence d’écoute a été ouverte dans la Maison du projet, au cœur des quartiers et accessible à tous les habitants.

Depuis janvier 2021, nous animons également, avec SKO, des sessions d’échange en groupes sur des questions liées au genre, à l’égalité femme-homme et à la parentalité notamment. L’implication des hommes dans ces groupes est une priorité pour amorcer un changement des mentalités sur le long terme mais reste un défi.

Nous formons également les familles à la gestion du budget du foyer. Ces séances les font réfléchir et échanger sur les problèmes financiers liés à l’addiction ou au jeu, mais aussi à la place de chacun dans le foyer.

Des groupes d’épargne et de crédit sont aussi mis en place dans chaque quartier : sur un principe de solidarité, ils permettent aux habitants de financer leurs besoins immédiats (frais d’hospitalisation, de scolarité, etc.) et leurs petits projets.

Nous travaillons également sur un partenariat avec une association locale spécialisée dans la formation professionnelle et le développement d’activités génératrices de revenus pour ouvrir de nouvelles perspectives d’emploi à cette population précaire. En ce sens, près de cent personnes ont été accompagnées en 2023, dans leur insertion professionnelle ou dans le développement de leur micro-entreprise. Enfin, pour soulager le budget familial, des projets d’agriculture urbaine ont été développés. Des kits d’agricultures ont été distribués aux habitants. Des formations ont été dispensées sur les pratiques et contraintes agricoles, respectueuses de l’environnement.  

L’amélioration de l’habitat

Pour mettre hors de danger les enfants et les familles, nous proposons des solutions sur-mesure de rénovation des maisons les plus délabrées. Nous proposons aux occupants des maisons insalubres des kits de rénovation, selon leurs demandes et leurs envies.

Les familles bénéficiaires, qui doivent contribuer au financement de la rénovation, peuvent obtenir des prêts peu coûteux auprès de l’institution de microfinance responsable Chamroeun, avec qui nous avons noué un partenariat.
L’expertise développée par PE&D dans ce domaine est reconnue et sollicitée par d’autres ONG au Cambodge.

Au total, 200 nouvelles maisons insalubres vont être rénovées d’ici 2024.

La mobilisation des habitants

Notre association soutient la création de groupes d’habitants bénévoles dans chaque quartier d’intervention pour rendre la population actrice et autonome.

Formés à une méthodologie d’animation, la méthodologie PASSA, ces groupes sont chargés de réaliser un état des lieux dans leur quartier, de discuter avec les habitants et de définir un plan d’action avec les priorités d’aménagement.

Nous les accompagnons ensuite à la présentation de ces plans aux autorités locales.
Dans les années passées, les groupes PASSA ont ainsi enclenché l’installation de canalisations pour évacuer les eaux usées et de pluie, de passerelles en bois amovibles pour circuler lors d’inondations ou encore le bitumage de routes.

Deux projets collectifs ont pu être finalisés, permettant aux habitants de Andong de bénéficier d’un système de drainage des eaux usées, et d’un centre communautaire.

La recherche orientée vers l’action

Comprendre les évolutions géographiques et sociologiques dans ces quartiers nous paraît essentiel pour adapter notre intervention au plus près des réalités locales.
Des diagnostics urbains participatifs sont menés en amont du démarrage des activités.

En partenariat avec l’ONG Gret, nous avons par exemple conduit une étude sur l’accès à l’eau, l’assainissement et la gestion des déchets. Cette étude a permis d’esquisser un projet complémentaire portant sur l’assainissement non-collectif, l’amélioration du système de collecte des ordures ménagères et le compostage.

Nous avons également mené :

En octobre 2023, notre projet HaLI fait partie des 6 finalistes parmi 3 100 candidatures au Prix de l’innovation, dans la catégorie « Impact de la société civile sur le logement ». Ce prix est remis par la CESAP, une commission régionale des Nations Unies, dans le cadre du 8e Forum urbain Asie-Pacifique qui se tient en Corée du Sud.

 

« Je travaille dans le pôle Construction de l’équipe HaLI depuis plus d’1 an. Je fais des visites de terrain pour évaluer les conditions dans lesquelles vivent les familles. J’aide à réaliser les plans des rénovations et je m’assure de l’achat de matériaux de qualité. Ce qui me pousse et m’encourage, c’est le bonheur des familles que nous soutenons. Une fois les rénovations terminées, leurs regards sont gratifiants et me font comprendre l’importance de mon travail. Je me sens utile à ma communauté et à la société. »

Phanith HORNG, Assistant construction Planète Enfants & Développement

Phanith HORNG

Nos partenaires sur le terrain

Samathapeap Khnom Organisation (SKO) : ONG cambodgienne qui améliore la qualité de vie des familles défavorisées et l’éducation des enfants.

Chamroeun Microfinance :

Institut de microfinance cambodgien qui fournit des services financiers aux plus pauvres.

Sipar :

ONG au Cambodge depuis plus de 30 ans pour promouvoir l’éducation et lutter contre l’illettrisme

Partager ceci