Portrait : Hoa et Thao, travailleurs sociaux au Vietnam

30 Juin, 2020

Portraits_Hoa_Thao_VietnamPortraits du mois : ce mois-ci, découvrez les parcours de Hoa et Thao, deux travailleurs sociaux au sein de l’équipe Planète Enfants & Développement au Vietnam. 

Hoa a 36 ans, il est papa d’une petite fille de 8 ans. 

Thao, elle, a 29 ans et est maman d’un garçon qui vient de fêter ses 1 an. 

Quel est votre parcours ? 

Hoa : “Après un diplôme de sociologie obtenu en 2008, j’ai d’abord accompagné les enfants des rues d’Hô Chi Minh puis j’ai travaillé auprès d’enfants migrants pendant 5 ans. Séduit par la méthode d’accompagnement familial, j’ai rejoint l’équipe de PE&D en Mars 2018.”

Thao : “J’ai fait des études à l’Université des sciences sociales et humaines de Ho Chi Minh Ville. Le travail social était alors nouveau et peu connu au Vietnam. Je travaille depuis 7 ans chez Planète Enfants & Développement”.

Quelle est votre mission dans l’association aujourd’hui ? 

Hoa et Thao travaillent avec des jeunes vulnérables d’Hô Chi Minh pour favoriser leur intégration professionnelle. Ils les écoutent, les forment, les orientent pour leur permettre de prendre confiance en eux et d’envisager plus sereinement l’avenir. 

Tous deux animent les clubs Imagine lancés par PE&D et Le Projet Imagine. C’est l’occasion pour les jeunes d’échanger chaque semaine sur des sujets d’actualité comme le changement climatique ou l’égalité homme-femme. Hoa intervient également auprès des jeunes issus des minorités ethniques avec Électricité Sans Frontières. 

Quelle partie de votre métier vous plaît le plus ? 

Hoa : “J’aime le contact avec les étudiants. J’aime leur transmettre les valeurs du vivre ensemble, de la solidarité et voir les progrès en termes de confiance et d’inclusion ». 

Thao : “Ce que j’aime le plus, c’est voir le changement chez les jeunes. Ce sont des garçons et des filles qui quittent l’école prématurément, qui vivent dans les zones périphériques le long des canaux de la ville, qui travaillent pour gagner leur vie en attrapant des oiseaux et en vendant des billets de loterie. Je suis fière de les voir progresser et prendre confiance en eux au fil des ateliers ».

30 Juin 2020

Nos autres actualités :