SOUTIEN SOCIAL AUX FAMILLES VULNERABLES

Pour lutter contre les inégalités sociales, les violences basées sur le genre et promouvoir les bonnes pratiques sanitaires

Contexte actuel

Le Burkina Faso connaît une forte croissance démographique (+3,05% par an) et une urbanisation rapide. On estime qu’en 2050, la population de la capitale Ouagadougou sera 6 à 12 fois plus importante.  

24% des familles qui y habitent résident sont sans revenu et 65% des femmes sont victimes de violences au sein de leur foyer. Les enfants sont souvent livrés à eux-mêmes.

Aujourd’hui, l’Etat peine à faire face à cette croissance de la population, ce qui affecte fortement la qualité de vie des plus démunis. Souvent, les familles les plus défavorisées ne connaissent pas les services auxquels elles ont droit. 

Le Centre Ouest et la Boucle du Mouhoun sont des régions particulièrement vulnérables où les taux de pauvreté sont respectivement de 51,7% et 59,7%, contre 9,3% au niveau national (Institut National de la Statistique et de la Démographie, 2014). 

L’inaccessibilité de nombreux services de l’état civil et le manque d’agents formés expliquent que, dans les deux régions, moins de 60% des naissances sont enregistrées dans les délais légaux de 2 mois (Direction Générale de la Modernisation de l’Etat Civil, 2017).

Par ailleurs, dans la Boucle du Mouhoun, près de 25% des besoins en planning familial ne sont pas couverts. La situation est également préoccupante dans le Centre Ouest, où plus de 16% des besoins ne sont pas couverts (Enquête Démographique et Sociale, 2015). 

L’offre de services de santé sexuelle et reproductive pour les jeunes et les adolescents demeure insuffisante. Les jeunes manquent d’informations fiables et de services de qualité adaptés à leurs besoins. 

Il faut enfin souligner la faiblesse des mécanismes de prise en charge des victimes de violences basées sur le genre dans ces régions et la persistance dramatique des cas de mariages d’enfants, de mariages forcés, d’excision, de violences conjugales et de violences physiques à l’encontre des filles et des femmes.

Notre projet

Soutien_Famille_Burkina_Faso

Nous avons pour objectif de soutenir les familles marginalisées dans les zones non loties de Ouagadougou, et dans les régions de  la Boucle du Mouhoun et du Centre-Ouest. Pour améliorer leurs conditions de vie et leur bien-être, nous leur facilitons l’accès aux services sociaux de base et améliorons la qualité des services d’état civil

  • Mise en place de permanences sociales où des travailleurs sociaux reçoivent les familles au coeur des zones non loties de Ouagadougou
  • Réalisation de visites à domicile avec élaboration d’un plan d’accompagnement personnalisé pour les familles dans le besoin
  • Orientation des familles vers les services compétents selon la nature de leurs problèmes et de leurs besoins : santé, éducation, social, économie, administratif…
  • Déploiement d’approches innovantes communautaires et participatives dans 40 communes des régions de la Boucle du Mouhoun et du Centre-Ouest
  • Formation des agents de l’état civil des 85 communes des régions de la Boucle du Mouhoun et du Centre-Ouest
  • Appui à la modernisation de l’état civil grâce à la fourniture d’armoires d’archives et de kits informatique

Quelques activités

Nous organisons : 

  • Des groupes de parole pour les femmes victimes de violences conjugales
  • Des ateliers pour les femmes enceintes, pour les préparer à accueillir leur enfant, puis des ateliers maman-bébé d’aide à la parentalité
  • Des ateliers d’aide à la parentalité encourageant la participation des hommes
  • Des réunions thématiques avec les adolescents pour informer sur la santé sexuelle et reproductive (planning familial)
  • L’Ecole des maris, une expérience de réduction des inégalités de genre basée sur une approche participative et innovante : l’implication des hommes est essentielle. Un club de 15 hommes mariés en moyenne bénéficie de sessions de renforcement de capacités sur les thématiques suivantes : violences basées sur le genre, égalité homme-femme, planification familiale, santé sexuelle reproductive des jeunes et adolescents, état civil. Les participants sont ensuite encouragés à sensibiliser d’autres hommes de leur communauté par le biais de groupes de parole.
  • Pour améliorer les pratiques d’enregistrement des naissances, des décès et des mariages (état civil), nous avons réalisé une étude dans 39 villages fin 2019. D’ici 2022, nous souhaitons soutenir la modernisation des systèmes d’enregistrement dans les communes, en formant 3 agents d’état civil des 85 communes d’intervention du projet et en les équipant de matériel d’enregistrement et d’archivage des faits d’état civil de qualité.  

Nos bénéficiaires

  • 2400 familles suivies à domiciles entre 2010 et 2018
  • 807 personnes reçues en permanence sociale
  • 250 femmes victimes de violences domestiques ont pu participer à des groupes de parole
  • 300 femmes bénéficiaires de consultations gynécologiques et de planning familial
  • 85 hommes et femmes bénéficiaires d’un test gratuit de dépistage du VIH/SIDA
  • 150 Ecoles des maris mises en place et 2250 hommes mariés formés
  • 300 familles défavorisées accompagnées
  • 10 associations partenaires renforcées sur la méthode d’accompagnement familial, l’Ecole des maris et la promotion de l’enregistrement des naissances.

En savoir plus

Icone_Lieu
Quartiers défavorisés de Ouagadougou et 10 provinces de la Boucle du Mouhoun et Centre-Ouest, Burkina Faso
Icone_Temps
Depuis Janvier 2019

Logo d'une poignée de mains représentant la collaboration de Planète Enfants & Développement avec des partenaires locaux

Nos partenaires

  • Partenaires techniques :

Terre des hommes – Lausanne

Association Burkinabè pour le Bien-Etre Familial (ABBEF)

Association pour la Promotion et le Marketing Communautaire (PROMACO)

Association des Municipalités du Burkina Faso (AMBF)

  • Partenaires locaux :

10 associations locales

Ministère de l’Action Sociale et de la Solidarité

Institut National de Formation au Travail Social (INFS)

Ministère de la Santé

Témoignage

Histoire de la famille C. : “Depuis que ma famille a bénéficié de l’accompagnement de Planète Enfants & Développement et d’AGIR, les choses ont commencé à changer. Mon mari et moi pouvons maintenant nous asseoir ensemble et discuter sur certains sujets. J’ai appris aussi à éduquer un enfant, le suivre, ne pas crier sur lui… Tout cela a amélioré notre vie et ma famille est épanouie. Je remercie beaucoup le projet et toute l’équipe d’animatrices”.