9 ans de travail social au Vietnam : évaluation d’un programme 360°

31 Jul, 2020

PE&D_Evaluation_Projet_360_VietnamDepuis 2011, notre  programme à Hô Chi Minh Ville vise à  lutter contre les inégalités et rendre les services de protection sociale accessibles à tou.te.s. Il vient de prendre fin après trois phases successives de trois ans. Le cabinet indépendant Archipel & Co a réalisé une évaluation de 9 ans de travail aux côtés des bénéficiaires, des partenaires et des autorités locales. Retour sur les points forts et les difficultés rencontrées pour chacun des volets du programme.

Sommaire :

1. L’accompagnement familial

2. La lutte contre les violences faites aux femmes

3. La formation professionnelle pour les jeunes vulnérables

4. Et maintenant ?

5. Pour en savoir plus

 

L’accompagnement familial : “un modèle innovant et reconnu par les partenaires locaux pour son efficacité” 

Grâce à la mise en place de deux centres sociaux et de visites à domicile, 1 028 familles vietnamiennes ont pu être accompagnées et soutenues pendant six mois en moyenne. 100% d’entres elles se déclarent satisfaites par les services rendus !

Appuyées par les travailleurs sociaux, elles ont été orientées vers les services sociaux les plus à même de résoudre leurs problèmes. 

Pour cela, nous avons organisé la mise en place d’un réseau de 60 organisations pour répondre aux difficultés administratives, économiques, sanitaires ou encore éducatives des familles. 

9 838 enfants ont également bénéficié de bilans de santé pour identifier les risques de malnutrition. Une fois identifiées ces familles sont recensées pour recevoir le soutien adéquat : distribution alimentaire, ateliers de formation nutrition, visites à domicile…

Enfin, 47 sessions de sensibilisation ont pu être mis en place pour informer le maximum de familles sur l’existence des centres sociaux et la possibilité d’y être suivie. 

Selon le cabinet qui a mené l’évaluation, “en cherchant à résoudre les problèmes à la base, l’accompagnement familial apporte des résultats de long terme, mais moins immédiatement quantifiables…[…] Planète Enfants & Développement a renforcé les capacités des fonctionnaires et conseillers communautaires en charge de la famille et de l’enfance au niveau des quartiers et des districts d’intervention, ainsi que des personnels en charge de gérer les centres sociaux. Le réseau des fournisseurs de services sociaux est en place et effectif".

Les difficultés rencontrées : la méthode de l’accompagnement familial repose en grande partie sur la bonne volonté des familles. Plusieurs d’entre elles se sont découragées au fil du temps. Elles s’attendaient pour certaines à un soutien financier alors que le suivi proposé par les travailleurs sociaux repose sur le conseil et l’orientation, sur plusieurs mois, pour garantir l’amélioration des conditions de vie dans la durée

Témoignage : Madame Hien, bénéficiaire de l’accompagnement familial dans l’un des centres sociaux de PE&D au Vietnam : “J’ai 3 enfants. Le second, âgé de 5 ans, est en situation de handicap. Impossible pour lui de se lever, de marcher et de parler. Avant d’être accompagnée, j’étais désemparée et ne savais pas quoi faire pour l’aider. Mais avec l’intervention des travailleurs sociaux, il peut aller à l’école chaque jour de 9h30 à 15h30 et ce depuis un mois. Aujourd’hui, il est capable de s’asseoir, je vois des progrès chaque jour et mon mari et moi sommes fiers de lui". 

La lutte contre les violences faites aux femmes

Introduit dans le programme en 2017, un dispositif pilote a été testé ces 3 dernières années pour lutter contre les violences faites aux femmes, en complément de l’accompagnement familial. Une étude a permis de recenser les violences domestiques. Puis grâce à une formation spécifique dispensée à des travailleurs sociaux mais aussi à du personnel des comités populaires et de l’Union des femmes vietnamienne, 28 femmes victimes de violences domestiques ont pu être identifiées et soutenues. 364 femmes ont également pu être sensibilisées au fléau des violences basées sur le genre. Chaque session de sensibilisation était l’occasion de faire un point sur le cadre légal mais aussi de rappeler que la violence n’est pas uniquement physique, mais également émotionnelle et psychologique

 

Témoignage : Madame Hoanh, Directrice du SCDI (Centre d’Appui aux Initiatives de Développement des Communautés) : “Au plus la communauté est informée, au plus les femmes victimes de violence pourront être identifiées". 

La formation professionnelle pour les jeunes vulnérables

En partenariat avec les centres de formation professionnelle Hung Vuong et Nhan Dao, ce volet vise à accompagner les jeunes vulnérables dans leur formation professionnelle et leur orientation, afin de diminuer les abandons.

Grâce au projet, 426 jeunes vulnérables ont pu être suivis par des travailleurs sociaux et accompagnés. Chacun d’entre eux a pu passer le test d’orientation professionnelle RIASEC. Ce test, mis en place par le psychologue John Holland, permet de mettre en lumière son profil parmi six proposés : réaliste, investigateur, artistique, social, entreprenant ou plutôt conventionnel. Grâce à un réseau d’entreprises partenaires, de nombreux jeunes ont ainsi pu intégrer une formation ou trouver un emploi

En parallèle, 98 personnes ont été formées pour animer le club Imagine, un club centré sur les savoirs-être (“life & soft skills”) et mis en place en partenariat avec Le Projet Imagine. Au fil des 64 cours, 40 étudiants âgés de 13 à 18 ans ont ainsi pu échanger librement autour de sujets de société comme la lutte contre le changement climatique, l’égalité de genre ou encore les migrations. En fin d’année, l’objectif était de monter un projet de groupe en lien avec l’environnement. L’occasion pour eux d’expérimenter le travail en équipe mais aussi de développer leur confiance en soi. 85% des étudiants déclarent être satisfaits.

Enfin, l’ouverture d’un salon de formation en manucure, labellisé économie sociale et solidaire, a permis à de jeunes apprenties de se former pendant quatre à six mois et les a aidé à trouver un emploi. En 2020, 4 jeunes issues de milieux défavorisés ont ainsi pu être formées à “Là Nails".  

Selon Archipel & Co, “PE&D a renforcé les capacités des professeurs, des membres des Student Affairs Department, et d’un Travailleur Social” et note des effets positifs sur les bénéficiaires en termes de confiance en soi, de perspectives professionnelles et de soif d’apprendre.

Les difficultés rencontrées : Pour les travailleurs sociaux, il n’a pas toujours été facile de suivre certains jeunes en décrochage scolaire ou en proie à des addictions. Au niveau des cours, il serait plus efficace de séparer la classe actuelle de 80 élèves en plusieurs petits groupes pour favoriser la prise de parole. Enfin, nous travaillons actuellement sur l’adaptation du modèle de  Là Nails pour faire davantage connaître le salon de manucure et augmenter la clientèle. 

Témoignage : Ngoc, 15 ans, apprentie manucure au centre de formation Là Nails : “C’est l’agent de quartier qui m’a parlé de cette formation. Comme mes deux parents sont décédés, je vis avec ma grand-mère. Je n’avais pas les moyens de poursuivre mes études, il fallait que je cherche un travail à mi-temps. Ce que je préfère dans la formation, ce sont les cours d’anglais. Et j’adore la manucure, je pense que ça me correspond bien. A l’avenir, je compte bien me former encore davantage

Globalement, Archipel & co note que “ les travailleurs sociaux et formateurs sont compétents, impliqués, dynamiques, empathiques. Ils ont des relations de proximité fortes avec les bénéficiaires et jouent un rôle central dans la réussite des accompagnements et des formations […] Si le transfert aux partenaires locaux n’est pas encore parfait, on observe une appropriation par les partenaires locaux des différentes composantes du projet 360. A ce titre, l’enracinement est réel".

Et maintenant ? 

Alors que le projet prend fin, Planète Enfants & Développement transfère localement les activités au centres sociaux et de formation professionnelle partenaires. Une réunion de capitalisation prévue au mois d’août aura justement pour objectif de définir les grandes lignes de cette autonomisation progressive pour garantir la pérennité des activités.

Pour en savoir plus

28 Août 2020