Quel bilan pour le projet « Mémoire d’Éléphant » au Burkina Faso ?

Après la province du Gourma, nos éléphants sont allés s’installer en 2020 dans 25 écoles des provinces de Gnagna et Komondjari au Burkina Faso. 5 mois après les installations de dispositifs de lavages des mains ludiques dans des écoles, il est temps de tirer un bilan sur ce projet baptisé Luomo. Le résultat est sans appel, toutes les écoles bénéficiaires ont constaté une hausse et une amélioration de la pratique du lavage des mains.

Accessibles, faciles et ludiques, les dispositifs ont rencontré un franc succès auprès des élèves mais aussi des enseignants comme en témoigne M. Compaoré Lassané, directeur de l’école de Pantaloana :

« L’aventure fut belle… Nous avons passé ensemble en toute beauté un trimestre riche en hygiène, en couleurs, collaboration harmonieuse à travers ce projet… Félicitations à PE&D et à toutes les écoles primées … Bref, c’est tout le monde qui sort gagnant à travers LUOMO »

Pour analyser l’impact de ce dispositif, nous avons travaillé avec les enseignants pour qu’ils retracent via une fiche d’observation journalière leur constat sur la pratique de lavage des mains. Dans un second temps, nous avons demandé aux écoles qu’elles relèvent régulièrement les quantités d’eau et de savon utilisés par les élèves. C’est via une application numérique installée par nos soins que les enseignants ont pu recueillir toutes les données qui nous ont amenés à ce constat :

Avant le coup de pouce (dispositifs lambda), 49% des écoliers se lavent les mains avant/après les repas et 51% après utilisation des toilettes. Après le coup de pouce (peinture, dessin, miroirs, etc.), 76% des écoliers se lavent les mains avant/après les repas et 71% après utilisation des toilettes.

Soit 27 points de plus avant/après le repas et 20 points de plus après le passage aux toilettes. Pour aboutir à cette réussite, il nous a fallu impliquer tous les membres de l’école dans ce dispositif et travailler avec les élèves pour qu’ils prennent conscience de l’importance de se laver les mains. Alors qu’une méthode classique n’aurait sans doute pas eu un grand impact sur le comportement des enfants, nous avons choisi le jeu pour ancrer cette routine dans leur vie.

Après avoir installé les dispositifs qui ont été adaptés en fonction de la taille de l’école (mobile ou fixe), nous avons fourni tous les matériaux nécessaires à leur bon fonctionnement comme le savon mais aussi les éléments qui allaient servir à la décoration des outils. Pour impliquer davantage les enfants, nous leurs avons laissé le soin de personnaliser chaque dispositif. L’objectif étant que chaque fût ressemble à un éléphant déversant de l’eau. Avant de partir, nous avons distribué des manuels de reproduction du dispositif et des posters qui sensibilisent aux lavages des mains. A la fin du projet, 4 écoles ont su se distinguer par leur créativité, nous les avons récompensées par de nouveaux matériels d’hygiène et d’assainissement.

Au total, ce projet a concerné plus 10 360 enfants de 25 écoles de la région Est du Burkina Faso. Nous espérons toucher encore plus d’écoliers pour définitivement ancrer le lavage des mains dans leurs habitudes. Les maladies transmises par contact manuel restent une cause majeure de morbidité et de mortalité humaines. Chaque année environ 1,3 millions de personnes meurent de maladies diarrhéiques.

Pour en savoir plus :

27 mai 2021