Urmila, victime de la traite des êtres humains, nous raconte son histoire

By 29 juillet 2019Actualités

vignette-journee-mondiale-traiteChaque année, 2,5 millions de personnes tombent dans le piège de la traite des êtres humains.

 

C’est ce qui est arrivé à Urmila*, népalaise de 34 ans, mère de 2 enfants, exploitée pendant 11 ans dans le secteur du divertissement avant de rencontrer Planète Enfants & Développement. Elle nous raconte son histoire :

« A 13 ans, je me suis retrouvée mariée. Un jour, mon mari est parti à Katmandou et n’est jamais revenu. Je me suis retrouvée seule avec mon fils alors j’ai décidé de partir le retrouver. Comme je n’avais pas d’argent ni de compétences spécifiques, des amies m’ont conseillé de venir travailler dans le secteur du divertissement. J’étais contre mais je n’avais pas le choix. J’ai fini par retrouver mon mari à Katmandou mais il ne faisait rien pour notre famille. Il s’est mis à  me torturer physiquement, mais aussi moralement pour que je continue à travailler dans ce secteur. J’ai subi des abus physiques de la part des clients, de mes « collègues » et de mon patron. Exploitée, j’étais vraiment désespérée.

Et j’ai fini par rencontrer Planète Enfants & Développement et son partenaire Child Nepal. L’association m’a aidé à lancer mon commerce ambulant où je vends des vêtements. Grâce à leur soutien, j’ai pu commencer à subvenir aux besoins de ma famille. La situation s’est peu à peu arrangée avec mon mari. J’ai aussi et surtout eu l’opportunité de participer à différentes formations sur l’entreprenariat, l’éducation parentale, la traite et l’esclavage moderne, la santé, etc. J’ai beaucoup appris ! Je peux aussi, quand je le veux, aller discuter de mes problèmes avec la conseillère psychosociale ou encore avec l’agent de santé du projet. Je suis très reconnaissante à Planète Enfants & Développement de m’avoir permis de scolariser ma fille, qui est aujourd’hui beaucoup plus éveillée qu’avant. Je vois vraiment les progrès !  »

Urmila et ses enfants ont été pris en charge dans le cadre de notre projet Protection et Émancipation à Katmandou au Népal. Ce projet permet aux femmes exploitées de se reconstruire et d’envisager l’avenir autrement ; et à leurs enfants d’être protégés et scolarisés.

LUrmila, victime de traite, nous raconte son histoiree secteur du divertissement emploierait entre 20 000 et 30 000 filles à Katmandou, la plupart mineures. 50% à 75% d’entre elles sont contraintes de se prostituer dans des dance bars, des cabin restaurants, des bars chantants (les dohoris) et des salons de massages.

Dans 80% des cas de traite, les victimes sont exploitées sexuellement. La plupart des autres sont des esclaves modernes condamnés à un travail forcé associé à un harcèlement moral voire sexuel, des brutalités de toutes formes. D’autres encore, surtout des enfants, sont forcés à voler et à mendier.

L’ONU (Organisation des Nations Unies) a instauré la journée mondiale de la dignité des victimes de traite des êtres humains en 2013. Cette journée a pour but de faire connaître la situation des victimes de traite humaine, de promouvoir et protéger leurs droits.

>> Pour en apprendre plus sur la lutte contre la traite des êtres humains au Népal 

Planète Enfants & Développement est membre du Collectif « Ensemble contre la traite des êtres humains » créé en 2007 par l’impulsion du Secours Catholique.
Retrouvez toutes les actions du collectif ici >

* le prénom a été changé

Juillet 2019