Cambodge : partez en voyage comme Jean-Claude

By 10 juillet 2019Témoignages
Pont Japonais de Hoi An – Aquarelle réalisée par Jean-Claude V

Pont Japonais de Hoi An – Aquarelle réalisée par Jean-Claude V

Suite à un séjour au Népal en 1999, frappés par la pauvreté à Katmandou et touchés par les enfants démunis, Jean-Claude V. et son épouse ont décidé de soutenir notre association. Donateur de longue date, Jean-Claude s’est laissé séduire l’automne dernier par un voyage au Vietnam en petit groupe, au cours duquel il est allé à la rencontre de nos équipes. Il revient avec nous sur son expérience.

Vous avez participé à un séjour au Vietnam en 2018 avec Voyager Autrement et Planète Enfants & Développement. Qu’est-ce qui vous a décidé à faire ce voyage ?

J’avais envie de découvrir le Vietnam et en 30 ans de soutien à l’association, je n’avais pas encore rencontré ses membres. C’était donc l’occasion. Alors qu’avec mon épouse, nous avions l’habitude d’organiser nos voyages par nous-mêmes, je suis cette fois parti « les mains dans les poches » !

Le format du séjour vous a-t-il plu ? Avez-vous redécouvert les projets de l’association ?

Lorsque je voyage, je prends le temps de découvrir le pays en profondeur. Ici, nous avons visité « l’essentiel touristique » du Vietnam, mais tout en allant à la rencontre d’habitants de villages. C’était conforme au programme et à ce à quoi je m’attendais. 

Nous avons discuté avec l’équipe de Planète Enfants & Développement à Ho Chi Minh. Elle nous a expliqué ses projets dans les quartiers précaires où des travailleurs sociaux suivent des familles vulnérables. Nous avons pu nous rendre dans un centre où des jeunes sont formés en vue de leur insertion professionnelle et dans l’onglerie ouverte par l’association en 2018 pour mettre en pratique la formation reçue et la financer.

Conseilleriez-vous à d’autres donateurs de faire un voyage similaire ?

Oui, car c’était intéressant de voir sur place les actions menées par l’association. J’ai constaté qu’elles sont très ciblées et concrètes. Planète Enfants & Développement ne s’éparpille pas. Nous étions 19 dans le groupe, c’est la bonne taille. Il y avait une bonne ambiance. J’ai rencontré un couple de donateurs qui comme moi est passionné par le dessin. J’ai commencé à dessiner avec eux, nous en avons fait un bel album souvenir.