Luttons contre l’exploitation
des femmes et des enfants !

Plaidoyer

Améliorer les lois et leur application sur le terrain

L’action de plaidoyer sur le terrain vise à soutenir les associations partenaires dans leurs actions de plaidoyer sur des thèmes spécifiques et en lien avec son mandat comme : la bonne application des lois en matière de protection des enfants et des femmes contre les violences domestiques et la traite, la mise en application des lois concernant l’émigration, la formation des acteurs locaux et notamment des autorités locales aux cadres législatifs et réglementaires, la dénonciation de la banalisation de la prostitution et du risque de la réglementation.

Améliorer les lois et leur application en France

En France, Planète Enfants & Développement appuie son action de plaidoyer sur un réseau de partenaires associatifs qui partage tout ou partie de son combat. Nos « partenaires réseaux » nous permettent de rencontrer nos pairs et d’autres acteurs luttant pour la protection de l’enfance : avec eux nous pouvons partager de bonnes pratiques, des compétences et échanger sur des thèmes propres à notre action. Nous sommes aussi partenaires de sites Internet solidaires, qui nous permettent de recueillir des fonds et de faire de la promotion croisée.

Ensemble contre la traite

Ensemble contre la traite des êtres humains est un collectif fondé en 2008 et visant à regrouper les forces dénonçant et agissant contre la marchandisation de la personne. Son objectif est d’amener les décideurs politiques, français et européens à s’engager dans la lutte contre cette forme de criminalité et à mieux protéger les victimes. Il organise chaque année un colloque lors de la journée du 17 octobre, journée européenne contre la traite.
Planète Enfants & Développement est membre de ce collectif, qui compte 26 associations, depuis 2010.
Il a publié 2 fascicules d’explication à destination du grand public :
« L’impact des politiques migratoires sur la traite des êtres humains »
« Êtres humains, victimes de traite »

Pour que l’enfance ne soit plus jamais un commerce