Stop aux violences faites aux femmes et aux filles dans les communautés Chepang au Népal

Pourquoi ?

Au Népal, la structure socioculturelle du pays et ses normes (société patriarcale) contribuent à la discrimination entre les sexes et à un sexisme qui expose les femmes à un type de violence spécifique : mariages forcés et précoces, position d’infériorité, tabous sociaux et superstition, absence d’espace social de communication et d’expression pour les femmes, violences conjugales…

Les femmes de la communauté Chepang, qui est considérée comme l’une des plus pauvres et marginalisées du Népal, sont particulièrement exposées aux formes extrêmes de violences. Les Chepang sont un groupe ethnique d’origine Tibeto-Birman dans lequel es femmes et les jeunes filles sont majoritairement privées de leurs droits : seules 1% d’entre elles savent lire et écrire et 50 % déclarent ne rien pouvoir acheter sans autorisation.

Victimes d’une pression sociale très intense pour être mariées dès leur plus jeune âge (entre 11 et 15 ans), elles connaissent d’importants problèmes de santé liés aux grossesses précoces. La grande consommation d’alcool, en particulier des hommes, engendre des violences domestiques régulières.

Comment ?

Le projet vise à la réduction des violences faites aux femmes dans les communautés Chepang dans 5 communes du district de Dhading (Dusha, Gajuri, Jogimara, Mahadevsthanpar, Pida) dans le centre du Népal où vivent 20% des Chepang via différentes actions :

  • L’accompagnement  des travailleurs sociaux : ils apportent une assistance juridique, psychosociale et médicale via des visites à domicile et l’organisation de camps mobiles (permanence psychosociale d’une journée tournant dans chacun des villages d’intervention). Ils les aident notamment à obtenir des documents administratifs officiels — cartes d’identités et certificats (de mariage, naissance, décès, migration)  —, nécessaires pour accéder aux services publics.
  • La sensibilisation : reflets des difficultés auxquelles les femmes Chepang doivent faire face, les thèmes abordés sont très nombreux : alcoolisme, violences (de genre, domestiques, agressions sexuelles), mariage précoce, polygamie, droits des enfants et des femmes, traite, mais aussi éducation parentale, santé reproductive, entrepreneuriat et épargne. Dans les écoles, les élèves sont invités à prendre part à des discussions de groupe sur ces thèmes.
  • Sensibilisation des hommes : grâce notamment à la formation MenEngage. Destinée à promouvoir l’égalité des sexes, elle a remporté un grand succès auprès des participants : des hommes désireux de devenir des modèles dans leur communauté.
  • La formation des travailleurs sociaux, des enseignants et des agents de santé : dans les centres de santé, des sessions d’orientation sont organisées sur la collecte de données sur les grossesses parmi les 10-19 ans, la nutrition des moins de 5 ans, les bilans de santé prénataux, le mariage précoce.
  • Le renforcement des mécanismes locaux de protection grâce à des actions de soutien aux groupes locaux de femmes, aux autorités locales et aux services publics locaux.

Presque 100% des bénéficiaires ont obtenu leurs papiers d’identité. Plus de 80% des femmes bénéficiaires connaissent à présent les services disponibles pour lutter contre la violence et pour développer leur autonomie et peuvent donc faire appel quand il y a une nécessité ou un désir de protection.

Pour qui ?

  • 795 membres des communautés Chepang (majoritairement), Dalit, Bahun et Tamang , dont 608 femmes et 38 enfants
  • 1 122 élèves participant aux sessions de sensibilisation dans les écoles
  • 45 groupes communautaires (25 groupes de femmes, 15 écoles, 5 coopératives)
  • 3 coopératives bénéficiant d’un renforcement de capacités
  • 60 professionnels de santé
  • 125 enseignants
  • 9 autorités locales

Lieu : 5 «Village Development Committees » (équivalent des communautés de communes en France) du District de Dhading : Dusha, Gajuri, Jogimara, Mahadevsthan, Pida (à côté de Katmandou)
Durée du projet : 3 ans +