Neeta, bénéficiaire

By 27 février 2017Témoignages

Neeta, « Je veux qu’ils soient punis »

« Je me suis mariée jeune à un homme pauvre et sans éducation, comme moi. Nous étions journaliers, dans les champs, dans un village de Nuwakot.
Il y a 2 ans, un homme est venu à la maison, c’était une période difficile pour nous et il a promis de nous aider. Un mois plus tard, il est revenu en disant qu’il m’avait trouvé du travail en ville. J’étais heureuse, je l’ai suivi. Mais avec 2 de ses amis, ils m’ont emmenée dans un bordel dans le nord de l’Inde. Je n’aime pas parler de cette période, je devais recevoir 10 à 12 clients par jour. Ça a duré 17 mois.

En août dernier, je suis tombée malade et on m’a emmenée chez le médecin. J’ai réussi à m’échapper sur le chemin du retour et à rentrer au village. J’ai rencontré tout de suite l’équipe du projet REPARE, un conseiller psychosocial m’a reçue. C’était la première fois que quelqu’un m’écoutait. Le groupe de femmes du projet m’a incité à porter plainte. Mais j’avais trop peur d’une vengeance, je ne me sentais pas assez forte. Elles m’ont assurée qu’elles m’aideraient et je me suis laissé convaincre.  La police a retrouvé très vite un des trafiquants. Il a déjà été jugé et il est en prison pour 20 ans. Les 2 autres sont toujours recherchés.

Je me sens tellement mieux maintenant, je voudrais que les femmes soient protégées contre ces trafiquants. Je veux qu’ils soient punis. »